Article du LE PERSONNAGE FEMININ EN CONTEXTE DE GUERRE : Une lecture des correspondances tirées de trois romans du 20 40 ème siècle

Résumé du LE PERSONNAGE FEMININ EN CONTEXTE DE GUERRE : Une lecture des correspondances tirées de trois romans du 20 40 ème siècle

L’interaction sociale entre individus s’opère au moyen de nombre de communications, lesquelles prennent diverses formes : orales bien sûr, mais aussi écrites. Si la parole, au travers de son utilisation abondante, a permis aux interlocuteurs d’échanger, sinon en face à face, tout au moins par le biais d’un appareil permettant de converser à distance ; l’écrit lui, a peu ou prou ramé à contre-courant de la première. Canal important entre les sujets évoluant dans des substrats spatiaux différents, ce moyen d’expression a constitué une passerelle non négligeable entre « l’ici» et « l’ailleurs », surtout lorsque l’espace de destination restait aussi difficile d’accès qu’un champ de bataille. Ainsi communiquer avec l’amant ou l’époux en territoire ennemi n’était-il possible que’ au travers d’une correspondance. Comment les romanciers du XXe siècle y campent-ils le personnage féminin? Ces liens entre personnages constituent-ils, en filigrane, une assistance que les marraines entendent apporter à leurs conjoints engagés au front, ou représentent-ils des îlots de chagrin, fruit d’une solitude et d’un éloignement mal supportés ? En se fondant sur la sémiostylistique de Georges Molinié, la présente étude se propose, au moyen des correspondances, de lire le personnage féminin en situation de guerre. Elle pose en hypothèse que l’espace d’écriture qui lie le protagoniste de sexe féminin à son conjoint guerrier demeure, outre l’expression d’un sentiment d’isolement et la crainte de perdre un prince charmant, la traduction des pensées des soldats, lesquels souhaitent retourner auprès de leurs épouses, et non pas à l’ennemi d’en face.

Mots-clés : Correspondance, personnage féminin, marraine de guerre, sémiotique.